Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






Minéraux indispensables  >   Calcium   Chrome   Cuivre   Fer   Iode   Magnésium   Manganèse   Phosphore   Potassium   Sélénium   Silicium   Sodium   Zinc  


Potassium

Le potassium diminue le risque cardio-vasculaire

Une des particularités de l'alimentation moderne est qu'elle comporte en moyenne 3 fois plus de Sel (sodium) que de Potassium, alors que l'alimentation ancienne (constatée dans les peuples "premiers") comprend 7 fois moins de Sodium que de Potassium [You95]. Cette consommation excessive de Sodium, et insuffisante de Potassium est une des raisons de la hausse des maladies cardio-vasculaires dans les sociétés occidentales. Le niveau de consommation de Potassium recommandé aux Etats-Unis [Nap05] se base sur la diminution des risques d'hypertension, de calculs rénaux et de sensiblité au sel :

Tranche d'âge Quantité minimale recommandée
(grammes par jour)
0 à 6 mois 0,4
7 à 12 mois 0,7
1 à 3 ans 3
4 à 8 ans 3,8
9 à 13 ans 4,5
14 ans et plus 4,7

Ce besoin dépend également de notre effort physique, car la transpiration élimine du potassium. Des régimes trop sévères, le sport ou la consommation d'alcool peuvent causer une carence en Potassium.

D'après le programme d'études [NHANES III], la consommation médiane de potassium aux Etats-Unis est d'environ 3 grammes/jour pour les hommes et 2.3 grammes/jour pour les femmes. On voit qu'hommes comme femmes sont en général sévèrement déficients en potassium aux Etats-Unis.

L'étude la plus large [NHA01] (se basant sur les données du programme NHANES) a conclu que les américains consommant peu de potassium ont un rique d'AVC (accident vasculaire cérébral) augmenté de 28% (les effets des autres facteurs de risque connus ayant été soustraits).

Une étude similaire sur la population Japonaise [Mit08], conduite sur 12,6 ans par personne en moyenne et 58730 personnes, a conclu que la mortalité par maladies cardiovasculaires était diminuée de 27% pour les 20% de personnes consommant le plus de potassium par rapport aux 20% en consommant le moins.

Recommandation : consommer des fruits et surtout des légumes

Les personnes qui mangent beaucoup de fruits et légumes ont une consommation de potassium de 8 à 11 grammes par jour, supérieure à la quantité minimale recommandée [Nap05]. Il n'est donc pas recommandé de réaliser de supplémentation en potassium, mais plutôt de modifier son alimentation. En effet, le conseil "manger 5 fruits et légumes par jour" suffit à fournir la dose recommandée.

A noter : un excès de potassium, par exemple une consommation de 20 grammes par jour, peut causer des problèmes de santé, en particulier une déficience des reins, pour les personnes dont l'élimination du potassium par les urines est déficient du fait de la consommation d'un médicament ou par certaines maladies. Pour une personne saine, les études cliniques ont montré que la surconsommation de potassium n'a pas de conséquences néfastes, le potassium en excès étant éliminé par les urines.

La table suivante [Nap05, p.244], donne les aliments qui à nombre de calories égales fournissent le plus de potassium (en effet, c'est bien le ratio par rapport au nombre de calories qui a du sens, dans la mesure où, pour préserver sa santé, limiter le nombre de calories consommés est essentiel :

Quantités de potassium pour différents types d'aliments
Groupe d'aliments Potassium (mg/100 kcal) Exemples
Feuilles vertes 1,5 Epinard, laitue, chou
Légumes grimpants 1,2 Tomates, concombres, aubergine
Légumes racines 0,97 Carottes, radis, rutabaga, onions
Pois et haricots 0,5 Petits pois, haricots, haricots de soja
Fruits 0,43 Pommes, oranges, bananes, abricots, raisin
Tubercules 0,4 Pommes de terre, patates douces
Lait et yaourt 0,35  
Viandes, poissons 0,23  
Noix 0,11 Amandes, noix de cajou, noisettes, noix
Oeufs 0,09  
Céréales 0,09 blé, riz
Fromages 0,05  

Sites Web

Alliance for Natural Health

Plus importante association européenne promouvant la santé par la médecine naturelle. Le site est en trois langues : Anglais, Français et Suédois.

Office of Dietary Supplements, National Institutes of Health

American Council on Science and Health

Cette organisation propose des publications sur un certain nombre de thèmes concernant la santé, dont les vitamines.

University of Illinois website on Functional Foods

Institute of Medicine

Rapports complets donnant des recommandations pour des nutriments spécifiques

Bibliographie

[Mau05]

« Modern Nutrition in Health and Disease », Lippincott Williams & Wilkins (LWW), Maurice Shils, MD, ScD; Moshe Shike, MD; James Olson, PhD; A. Catherine Ross, PhD, 2005, 10ème édition.

Référence complète sur la nutrition et son rôle dans la médecine contemporaine : 2146 pages !.

[Nap04]

« Dietary Reference Intakes for Water, Potassium, Sodium, Chloride, and Sulfate. », Food and Nutrition Board, Institute of Medicine, National Academy Press; 2005:186-268.

Ces études qui font référence donnent l'estimation des besoins nutritionnels, et des niveaux tolérables au-dessous desquels il est peu probable qu'il existe des risques.

[NHA01]

« Dietary Potassium Intake and Risk of Stroke in US Men and Women », Lydia A. Bazzano, PhD; Jiang He, MD, PhD; Lorraine G. Ogden, MS; Catherine Loria, PhD; Suma Vupputuri, MPH; Leann Myers, PhD; Paul K. Whelton, MD, MSc , 2001, Stroke, 32:1473.

L'étude a utilisé des données de suivi des personnes sur 19 ans en moyenne (NHANES), documentant 927 accidents vasculaires cérébraux (AVC) et 1847 accidents dus à des maladies coronariennes (crises cardiaques par exemple).

Le risque d'AVC était de 28% plus élevé pour les personnes consommant peu de potassium (moins de 34,6 mmol/jour), par rapport aux autres personnes (après correction des autres facteurs de risque cardiovasculaire connus).

[You95]

« Potassium's cardiovascular protective mechanisms. », American Journal of Physiology, 1995;268(4 Pt 2):R825-837, Young DB, Lin H, McCabe RD.

Les populations consommant une alimentation primitive et les personnes ayant une alimentation végétarienne ont une protection accrue contre les maladies cardio-vasculaires due en partie à leur consommation plus élevée en potassium. Les études sur les hommes et les animaux font apparaitre une forte relation inverse entre hypertension, risques cardiaques et consommation de potassium.

Cette étude sur la régulation à long terme du niveau de potassium par l'organisme établit (1) que la consommation de potassium a un rôle important dans le taux de potassium dans l'organisme (2) présente des mécanismes possibles qui expliquent le rôle du potassium dans la prévention des maladies cardio-vasculaires.

[Mit08]

« Relations between dietary sodium and potassium intakes and mortality from cardiovascular disease: the Japan Collaborative Cohort Study for Evaluation of Cancer Risks », Mitsumasa Umesawa, Hiroyasu Iso, Chigusa Date et al., American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 88, No. 1, 195-202, July 2008.

58 730 Japonais (23 119 hommes et 35 611 femmes) agés de 40 à 79 ans sans accidents coronariens, AVCs ou cancers dans leur passé ont rempli un questionnaire sur leur mode de vie et ont été suivi en moyenne sur 12,6 ans.

Sur ces personnes, la consommation de sodium (sel) a augmenté (pour les 20% en consommant le plus par rapport aux 20% en consommant le moins) le risque de mort par AVC de 45%, et par maladie cardiovasculaire de 42% (par exemple crise cardiaque).

La consommation de potassium a diminué (pour les 20% en consommant le plus par rapport aux 20% en consommant le moins) le risque de mort par maladie cardiovasculaire de 27%.

[NhaIII]

« National Health and Nutrition Examination Survey III. »

Ce programme d'études, réalisé par le "National Center for Health Statistics" (NCHS), évalue la santé et le statut nutritionnel des américains. Il est unique car il combine des interview et des examens de santé.

Il existe depuis les années 60 et examine un échantillon de 5000 personnes chaque année.

Les interviews incluent les aspects démographiques, socioéconomiques, diététiques et de santé, alors que les examens mesurent des données médicales, dentaires et physiologiques.