Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






Minéraux indispensables  >   Calcium   Chrome   Cuivre   Fer   Iode   Magnésium   Manganèse   Phosphore   Potassium   Sélénium   Silicium   Sodium   Zinc  


Fer

Le fer est indispensable. C'est un composant essentiel de l'hémoglobine, qui permet de transporter l'oxygène dans notre organisme. La conséquence d'une carence est l'anémie.

Il est cependant dangereux d'en consommer trop. Le fer augmente l'activité des radicaux libres dans l'organisme (donc vraisemblablement accélère le vieillissement), et les recherche récentes montrent qu'une consommation élevée de fer augmente le risque de maladie de Parkinson, et aggrave les conséquences des attaques cérébrales. Il est donc déconseillé de se supplémenter en fer sauf en cas de carence avérée.

Risque d'anémie en cas de manque de fer

La carence en fer a pour conséquence une fatigue physique et intellectuelle, voire l'anémie (due à une diminution du taux d'hémoglobine dans le sang).

Nous assimilons facilement le fer compris dans les viandes (en particulier les abats et le foie). Nous assimilons également bien le fer des aliments d'origine végétale (cacao, persil, haricots & lentilles, fruits, épinards…) quand il est consommé avec des aliments riches en vitamine C (jus d'orange par exemple). Par contre, thé, café et vin (qui contiennent des tanins) diminuent l'absorption du fer d'origine végétale.

Apport insuffisant pour les femmes en âge de procréer et les enfants

Les besoins recommandés en fer sont les suivants :

Tranche d'âge Quantité recommandée par jour
Hommes Femmes
1 à 6 ans 7 mg
7 à 9 ans 8 mg
10 à 12 ans 10 mg
13 à 19 ans 13 mg 16 mg
Adultes 9 mg 16 mg
De 55 à 75 ans 9 mg
Plus de 75 ans 10 mg

Sources : Apports nutritionnels conseillés pour la population Française, Edition tec et doc, 2001

A noter :

  • les jeunes enfants ont des besoins en fer élevés du fait de leur croissance
  • les femmes en âge de procréer ont des besoins en fer importants pour compenser les pertes dues aux règles

L’étude SUVIMAX (8950 adultes de 35 à 65 ans observés) et d'autres ont montré que beaucoup de femmes en âge de procréer et de petits enfants ne consomment pas assez de fer. Leur pourcentage serait en France de :

  • 23 % pour les femmes en âge de procréer
  • 60 à 75 % pour les femmes en fin de grossesse
  • 30 % pour les enfants de moins de 2 ans

Trop de fer aggrave les conséquences des accidents vasculaires cérébraux

Selon une étude publiée en 2000 dans Neurology [Dav00], des niveaux élevés de fer dans l'organisme augmentent les symptômes et probablement les dommages causés au cerveau des patients atteints d'un accident vasculaire cérébral. Une augmentation de 80% du risque de progression des symtômes a été constaté sur 100 patients.

Trop de fer double le risque de maladie de Parkinson

Une étude de 2003 [Pow03] a montré qu'une consommation élevée de Fer (dans les 25% de la population qui en consomme le plus) augmente de 70% le risque de développer la maladie de Parkinson, et de 90% pour les personnes qui consomment également beaucoup de Manganèse (par rapport aux 25% de la population qui consomment le moins de Fer et Manganèse).

Supplémentation déconseillé sauf dans certains cas

En raison des risques associés à une consommation trop importante de fer, il est déconseillé à la plupart des personnes de réaliser une supplémentation en fer. La supplémentation en fer doit être réservée aux personnes pour lesquelles une déficience en fer ou une anémie a été diagnostiquée.

Sites Web

Alliance for Natural Health

Plus importante association européenne promouvant la santé par la médecine naturelle. Le site est en trois langues : Anglais, Français et Suédois.

Office of Dietary Supplements, National Institutes of Health

American Council on Science and Health

Cette organisation propose des publications sur un certain nombre de thèmes concernant la santé, dont les vitamines.

University of Illinois website on Functional Foods

Institute of Medicine

Rapports complets donnant des recommandations pour des nutriments spécifiques

Bibliographie

[Mau05]

« Modern Nutrition in Health and Disease », Lippincott Williams & Wilkins (LWW), Maurice Shils, MD, ScD; Moshe Shike, MD; James Olson, PhD; A. Catherine Ross, PhD, 2005, 10ème édition.

Référence complète sur la nutrition et son rôle dans la médecine contemporaine : 2146 pages !.

[Nap01]

« Dietary Reference Intakes for vitamin A, vitamin K, boron, chromium, copper, iodine, iron, manganese, molybdenum, nickel, silicon, vanadium, and zinc. », Food and Nutrition Board, Institute of Medicine, National Academy Press; 2001:394-419.

Ces études qui font référence donnent l'estimation des besoins nutritionnels, et des niveaux tolérables au-dessous desquels il est peu probable qu'il existe des risques.

[Dav00]

« Body iron stores and early neurologic deterioration in acute cerebral infarction. », Davalos A, Castillo J, Marrugat J, Fernandez-Real JM, Armengou A, Cacabelos P, Rama R, Neurology. 2000 Apr 25;54(8):1568-74.

les radicaux libres dépendants du fer ont été associés dans d'autres études avec une augmentation des dégats causés par les accidents vasculaires cérébraux.

L'étude (réalisée sur 100 patients) a permis de déterminer que des taux élevés en ferritine (marqueur du fer dans l'organisme) favorisent la détérioration de l'état des patients qui viennent de subir une attaque cérébrale.

[Pow03]

« Parkinson’s disease risks associated with dietary iron, manganese, and other nutrient intakes. », K.M. Powers, BS, T. Smith-Weller, RN, MN, G.M. Franklin, MD, MPH, W.T. Longstreth, Jr., MD, MPH, P.D. Swanson, MD, PhD and H. Checkoway, PhD, Neurology 2003;60:1761-1766.

Cette étude a analysé de 1992 à 2002 le comportement alimentaire de 250 personnes récemment diagnostiqués de la maladie de Parkinson et 388 personnes saines. Il a été déterminé que les personnes ayant une consommation élevée de fer avaient un risque plus élevé de développer la maladie de Parkinson, en particulier quand ils avaient également une consommation importante de Manganèse.